Les femmes post #metoo

 

 

Certains estiment que la Marche des Femmes January 21, 2017, à la suite de l’élection de Trump a rassemblé plus de 4,5 M d’Américains et pourrait être la plus grande manifestation de l’histoire des Etats Unis.

Le Mouvement #MeToo et ses dérivés régionaux, comme #BalanceTonPorc en France, ont constitué le plus grand mouvement des réseaux sociaux depuis le Printemps Arabe.

Mais après tout cela, Bill Cosby et la seule personne de pouvoir/célébrité dénoncée à avoir encouru une peine criminelle pour ses actes (mais ses accusations datent d’avant le mouvement #MeToo). Aucun autre homme nommé durant ce mouvement n’est en prison, pas même Harvey Weinstein qui en était son catalyseur, et Donald Trump est à la Maison Blanche…

En France, à peu près le même topo sauf qu’il y a eu la particularité qu’un assez grand nombre d’hommes se sont retournés contre leurs accusatrices pour diffamation, comme ce fut le cas pour Sandra Muller, journaliste à l’origine du hastag français.

Deux ans plus tard, maintenant que le sujet semble avoir un peu disparu de la une des journaux, peut-on parler des implications sociétales du #Moi Aussi ?

La Pause Philo vient poser son regard sur les sujets proposés dans l’émission et nous propose là une ouverture sur ce thème :

« On ne naît pas femme, on le devient. » Simone de Beauvoir

Sources :

Passez le mot à votre
entourage, votre réseau.
Partagez ce podcast.

Dernières émissions