L’Upcycling

Quand les déchets des uns deviennent la ressource des autres

Si le recyclage est maintenant intégré, depuis peu, un petit nouveau pointe le bout de son nez : l’Upcycling.

En 1994, Reiner Pilz, ancien ingénieur mécanique reconverti dans l’aménagement d’intérieur, fut le premier à utiliser l’appellation de « surcyclage » (terme français pour parler du recyclage). D’abord utilisé dans les pays en voie de développement, où la collecte et le traitement des déchets n’étaient pas systématiques, cette technique intéresse les pays développés et propose une alternative éthique à la surconsommation.

Son aîné, le recyclage, demande une transformation chimique du produit et se pratique à grande échelle. Le circuit du recyclage propose des matériaux de qualité équivalente ou inférieure. Le surcyclage, quant à lui propose de réinventer à l’infini la matière sans avoir à toucher la base même du produit. Cette nouvelle technique permet de transcender un objet déchu en un objet ou un vêtement d’un design unique et d’une qualité supérieure. On rend en quelque sorte sa dignité à un objet obsolète.

               

 « Les pays développés proposent une alternative éthique à la surconsommation »

Par sa singularité, cette technique de récupération propose une nouvelle sorte de consommation intelligente, séduisant tout aussi bien le monde du design que celui de la mode.

Crédit : Jean Claude Coutausse 

En 1989, le célèbre créateur Martin Margiela présenta le surcyclage au monde de la mode à travers ses créations à base de sacs plastiques Franprix. Bien plus développé aux États-Unis, plusieurs enseignes telles que Reformation et sa collection « Rokit Recycled », proposent leurs gammes « recyclé » transformant des produits délaissés en niveau haut de gamme. Si le coût reste élevé face à un produit de deuxième main, le travail sur la matière par sa créativité et son l’originalité, se légitimise directement.

Plusieurs autres enseignes ont suivi le pas comme Episode et sa ligne « Reworked », Asos ; Asos Reclaimed Vintage ou encore Kiliwatch et sa gamme « Culture Vintage » où chaque pièce exploitée fait partie d’un moment iconique de l’histoire de la mode.

D’autre part, poussés par leurs idéologies, une nouvelle scène constituée de jeunes créateurs émerge dans le paysage responsable. On y découvre, La Draft, Ornement, les Récupérables ou encore l’ingénue marque de bagagerie MnMurrCette technique à moindre coût par la récupération des chutes de tissus, de meubles, d’objets encore réutilisables permet aux jeunes créateurs une économie colossale tout en respectant l’environnement.

Dans cette ère de « tendance durable », notre cadet du recyclage, l’upcycling a su en séduire plus d’un grâce à sa diversité. De la ménagère fan du Home Made aux grandes maisons de créateurs, cette nouvelle technique est vue comme une toute nouvelle philosophie de vie.


Passez le mot à votre
entourage, votre réseau.
Partagez cet article.

À suivre

Le Salon

La poupée qui dit non

  Samantha est une «sex doll» de luxe. À 6000 € pièce, sa compagnie n'est pas donnée à tout le…
Open Your Intelligence

Y a-t-il un droit des robots ?

  Open Your a échangé avec Quentin Severelli, juriste en droit numérique, pour faire le tour de certains sujets qui…
MODE DE VIE

LES RÉCUPÉRABLES

La petite marque qui fait des merveilles avec du vieux. Depuis quelques années, la consommation éthique et durable s’installe dans…