La poupée qui dit non

 

Samantha est une «sex doll» de luxe. À 6000 € pièce, sa compagnie n’est pas donnée à tout le monde, mais cet été, son intelligence artificielle a gagné une nouveauté intéressante. Elle peut à présent dire «non». Pour aller plus loin dans vos conversations :

Marianne vous conseille aussi :

  • Le site d’Agnès Giard et son blog 

  • un article de Maïa Mazaurette, que je n’avais pas cité explicitement mais que j’avais en tête concernant les accusations d’incitation au viol / le parallèle avec les poupées pour pédophiles

     


Passez le mot à votre
entourage, votre réseau.
Partagez cet article.

À suivre

Le Salon

L’algocratie

Tous les jours des milliers d’algorithmes façonnent notre vie. La suggestion de votre prochaine vidéo YouTube ou le podcast qui…
MODE DE VILLE

Et si les geeks relookaient la démocratie ?

Ces derniers mois, la Civic Tech a beaucoup fait parler d’elle dans le monde. Mais de quoi s’agit-il ? Ce…
Le Salon

Des procès pour la planète ?

Sujet d'actualité qui ouvre un large spectre de questions et de conséquences en cascade. Et si s'ouvraient des procès pour…